La météo profite à l’exportation de l’électricité française

Les températures particulièrement élevées du mois de février dernier, associées à de faibles vents sur une grande partie de l’Europe, ont permis à la France de battre son record d’exportation électrique.

Il a été atteint le vendredi 22 février. Ce jour-là, la France a exporté à destination de ses voisins européens 17 415 mégawatts (MW) d’électricité. Une quantité record qui correspond environ au tiers de la consommation nationale au même moment.

En effet, alors que le parc électrique français (constitué à 80% d’énergie nucléaire) est configuré pour produire le maximum d’énergie possible en hiver, les ménages français n’ont pas eu besoin d’utiliser de chauffage. La cause ? Une température moyenne autour de 3 degrés supérieure aux normales saisonnières. Ce mois de février a donc fortement impacté la consommation énergétique français. Le directeur d’exploitation de RTE, Jean-Paul Roubin, explique qu’« avec la météo printanière, nous sommes sur le même rythme de consommation qu’au mois d’avril », d’où un surplus d’énergie produite qui a pu être acheminé à l’international.

Parallèlement, les vents ont soufflé faiblement sur les éoliennes européennes, limitant la production renouvelable des autres pays.

Ce surplus vendu aux voisins de la France aura notamment permis à l’Italie et à l’Espagne d’éviter de relancer l’exploitation de différentes centrales thermiques et d’éviter ainsi d’importantes émissions de CO2. Selon un porte-parole de RTE, « les Italiens et les Espagnols préfèrent acheter à la France une électricité moins chère et moins carbonée plutôt que de mettre en route des centrales thermiques coûteuses et très polluantes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.