Smart City : entre engouement et inquiétudes croissantes

Si le développement du modèle de Smart City suscite un important engouement, certains chercheurs et membres de la société civile s’inquiètent de l’influence que pourrait prendre l’intelligence artificielle sur l’organisation des espaces urbains. La tenue, le 25 mars 2019, d’un colloque organisé par la Chaire Smart City et philosophie au sein de l’Université Côte d’Azur, dont le thème est « Smart City et catastrophisme », illustre cette inquiétude.

A l’occasion de cet événement, le titulaire de cette chaire innovante et coorganisateur du colloque Laurence Vanin, a accordé une interview à La Tribune. Il y explique qu’il « souhaitait que nous puissions envisager ce que serait une smart city “ratée” c’est-à-dire qui manquerait ses promesses et deviendrait un lieu où il ne ferait pas bon vivre, un haut-lieu de la technologie, froid, austère, sans âme. Anticiper sur la smart city, mieux la penser pour mieux la construire, c’est aussi avoir recours au scénario catastrophe ! »

Le fait que les spécialistes de la Smart city, qui y consacrent leurs vies, soient eux-mêmes vigilants, indiquent bien que cette évolution engendre des risques et des inquiétudes, en particulier concernant les libertés individuelles. D’ailleurs, plusieurs aspects de la Smart city inquiètent nombre de personnalités, qui dénoncent la multiplication et l’omniprésence de capteurs et autres caméras.

L’agence de conseil en innovation Joshfire indique ainsi dans une étude qu’elle a menée sur le sujet qu’il « est facile d’imaginer les dérives. La police municipale du Cannet s’est équipée de caméras parlantes capables de détecter si un passant promène son chien sans laisse pour le rappeler à l’ordre. Un dispositif controversé perçu comme une sorte d’espionnage permanent ».

Comme pour toutes les évolutions technologiques, il faudra sans doute imposer à la Smart City des garde-fous, afin qu’elle puisse s’implanter dans la majorité des villes. Pour autant, il ne faut pas sombrer dans un « catastrophisme » et ne pas oublier les nombreux services qu’elle peut rendre à l’humanité et à l’environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.