Issygrid : laboratoire français de la Smart City

La ville d’Issy-les-Moulineaux dresse un premier bilan de l’expérimentation Issygrid, le premier réseau urbain intelligent de production et de gestion d’énergie.

Dix groupes industriels se sont concertés en 2012 pour mener à bien un projet innovant et intelligent en matière de production et de gestion d’énergie. On compte parmi eux Bouygues, EDF, Total et Schneider Electric. Il s’agit du tout premier réseau urbain intelligent de production et de gestion d’énergie déployé à l’échelle d’un quartier. La ville d’Issy-les-Moulineaux (92) et le consortium d’entreprises ont annoncé à la presse le jeudi 28 mars 2019 qu’IssyGrid « est désormais opérationnel à échelle réelle ».

 

Optimiser ses ressources énergétiques

Le réseau intelligent est composé de 14 systèmes d’information et de stockage interconnectés. Il assure à la ville des Hauts-de-Seine une réduction de son emprunte carbone. L’ancien chef de l’innovation de Bouygues Guillaume Parisot explique que les « bâtiments partagent entre eux l’énergie disponible pour optimiser la consommation globale ». Ce dispositif assure donc au quartier un flux énergétique maîtrisé. IssyGrid couvre 160 000 mètres carrés de bureaux, soit 10 000 employés.

 

Un projet inspirant

Ce qui était au départ une expérience est aujourd’hui une référence. IssyGrid est porteur de sens et encourage de nouvelles activités. Le projet a d’ailleurs inspiré d’autres acteurs. C’est le cas de Nanterre Coeur Université, Lyon Eurêka Confluence ou l’éco-quartier des Capucins à Brest qui ont démarré les travaux. Cette initiative n’est bien sur possible qu’avec un soutien politique. Carlo Ratti, professeur au MIT annonce qu’”Avant de véritablement connaître la smart city, nous aurons besoin de smart politiciens.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.